10 septembre 1915, Somme-Bionne


Transcription par Jocelyne Bonnemoy et Christian Pons.

BONNEMOY, Jocelyne, PONS, Christian. Lettres de guerre : décembre 1914 – septembre 1915 de Henri Bonnemoy. Peschadoires : auto-édition, 2012, 158p.


[8 septembre : le 156e est relevé à partir de 5 heures par le bataillon du 160e qui doit le remplacer en 1re ligne. Il quitte ses tranchées à 18 heures et se dirige directement sur les bois au sud-ouest de Somme-Bionne où il bivouaque. Pertes du 8 : 3 tués, 13 blessés.]

Le 10 septembre 1915

Chers parents

Après quatre jours passés tout à côté des Boches, je suis de nouveau en arrière sur un endroit comme vers nos vignes où on a monté le campement, là on est loin du bruit, peut-être y resterons-nous quelque temps.

[Lettre de Francisque Servol à Marie, 1er février 1915, vue combinée]
Gloire et dévouement. Gloire au brave soldat de France qui nous apporte l’espérance.
(flickr.com/Médiathèque entre Dore et Allier)

Des Boches, j’ai eu beau regarder, j’en ai pas vu un, pourtant à certains endroits on n’était pas bien loin et on voyait les tranchées sur une grande distance, mais chacun reste le plus possible dans son trou, c’est tout à fait comme les taupes.

Il y a bien eu de la canonnade de chaque côté, mais ce n’était pas comme j’en avais entendu au printemps, puis on y prend par habitude, on y fait plus attention quand ça pète pas trop fort.

Grâce à Dieu nous nous en sommes tirés sans mal tous les camarades que je connais, il faut espérer que je pourrai terminer ainsi cette campagne. Voilà déjà trois mois et demi de faits et dans autres trois mois mon tour d’aller vous voir sera venu et c’est avec plaisir que j’irai vous raconter ce que j’ai vu, mieux que sur une lettre.

Maintenant qu’on est habitués au métier, on a le tempérament fait exprès, on boit, on mange à n’importe quelle heure, quand on a pas de vin on boit de l’eau, on couche dans la tranchée sans même se couvrir, et personne est malade, on ne s’enrhume jamais, pas de maux d’estomac. Il n’y a rien d’hygiénique comme cette vie de plein air surtout à présent où nous coucherons souvent sous la tente car les villages sont pas épais, mais on dort bien quand même, nous avons commencé à toucher des couvertures car en été on les portait pas. Puis je crois qu’on va nous donner des casques, ça préserve toujours un peu la tête.

Quand vous aurez ma lettre, la foire du pré1 sera passée bien sûr mais cette année elle ne sera guère forte sans doute. L’année prochaine la guerre sera bien finie pour qu’on puisse y aller.

Chers parents, je termine pour aujourd’hui avec l’espérance de vous retrouver au pays en bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse, Bonnemoy Henri

A tous au pays bonjour.

Je viens à l’instant de toucher une autre mauvaise photo de mon casque et si je peux faire faire je vous l’enverrai.

Dans la tranchée, la soupe : [photographie de presse] / Agence Meurisse
Dans la tranchée, la soupe : [photographie de presse] / Agence Meurisse
(gallica.bnf.fr/Bibliothèque nationale de France)


1 Foire au pré : foire annuelle, millénaire, incontournable, de début septembre, qui se déroule au Moutier, quartier de la ville basse de Thiers.


Carte des déplacements d’Henri Bonnemoy

Du chemin de Somme-Tourbe à Marson

Trajet 9 - Du chemin de Somme-Tourbe à Marson

Ouvrir la carte dans un nouvel onglet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s